Un bébé

Te voir grandir

Bientôt 18 mois ! Comme le temps passe vite. 18 mois à te voir grandir chaque jour un peu plus et devenir un petit garçon. Aujourd’hui je suis partagée entre la fierté et la nostalgie. Te voir évoluer me rend fière mon fils, mais cela me fait peur aussi. Que va t’il se passer pour la suite ? Comment réussiras-tu à te débrouiller dans ce monde parfois hostile ? Mon cœur de maman se fendille en pensant à l’avenir, à ce jour où tu t’envoleras pour de bon, tout seul, comme un grand. Le temps court et tu as déjà commencé à lâcher ma main, pour ton plus grand bonheur car l’indépendance et la liberté sont au bout du chemin. N’est-ce pas cela, être un bon parent ? Accompagner nos enfants vers l’autonomie la plus complète ? Je crois que si… En attendant, j’aimerais encore te garder tout contre moi, te câliner, te couvrir de bisous. Et sache, mon petit, que j’ai encore mille choses à t’apprendre.

Guitare

Il n’est donc pas toujours évident de voir ses enfants grandir et pourtant, nous n’avons pas le choix. J’ai passé cette semaine de vacances entièrement aux côtés de mon fils et j’ai pris le temps de le regarder et de l’observer. Chose impossible en temps normal, lorsqu’on travaille et que les minutes manquent cruellement dans une journée pour profiter de son enfant. J’ai alors été étonnée de voir à quelle vitesse il grandissait. Chaque détail a eu son importance cette semaine. La façon dont il tient sa cuillère pour manger, la manière de vouloir mettre ses chaussons ou encore les nouveaux mots acquis dans son langage. Tout va très vite ! J’ai senti, depuis plusieurs mois déjà, que nous pouvions commencer à communiquer. Au départ tout a commencé par des sourires, des gestes tendres, des pleurs, des attentions particulières. Puis un jour, j’ai vu dans son regard qu’il me comprenait. Tout autour de lui prenait soudain un sens bien particulier.

Chaussures

Ce qui m’a épatée cette semaine c’est de voir qu’il a pris ses propres décisions, pour une raison X ou Y, mais que cette décision là, il allait s’y tenir. Par exemple, il a décidé qu’absolument TOUS ses jouets allaient prendre le bain avec lui. Certainement parce que c’est fun et que plus on est de fous dans le bain plus on rit ! Et impossible de dire que non, les jouets resteront dans sa chambre. Il y a également les moments où il décide de partir dans la direction totalement opposée à celle où nous devons aller. Vous savez, quand vous leur dites « G. viens voir maman » et que Monsieur part de l’autre côté. Et plus on leur demande de venir, moins ils le font. Cette semaine mon petit G a aussi pris des risques et relevé avec brio (non sans quelques gamelles) les challenges qu’il s’est lui même fixé. Il s’est mis debout sur le carton de couches livré à la maison, il est monté sur le petit marchepied pour regarder par la fenêtre, il a essayé à tout prix d’amadouer le chat pour lui faire un bisou.

Cuisine

Des nouveaux mots, il en apprend très régulièrement. Je pense même qu’il a en tête son prochain mot et qu’il y pense beaucoup avant de le prononcer. S’il n’est pas sûr de lui, même s’il comprend le mot, il ne le prononcera pas. C’est toujours un moment très fort pour moi d’entendre ce nouveau mot. Dans la catégorie langage il y a bien sûr les nouveaux (comme le mot « body » prononcé cette semaine), mais il y a aussi les anciens, utilisés et réutilisés à foison. Le mot « palon » reste un incontournable pour désigner le pantalon, bien sûr, mais aussi tous les vêtements de sa garde-robe (pantalons, chaussons, chaussures, pyjamas). Le « pimpon » est très utile pour désigner les camions ou autres objets à roues. Le « papo » sert aussi bien pour un chapeau, un bonnet ou une capuche. Mais cette semaine, ce qui m’a le plus touchée, c’est quand même lorsque je l’ai entendu essayer de prononcer son premier « mamie » et « papi ».

Train

Je l’ai vu buter et persévérer devant un obstacle. Puis recommencer jusqu’à y arriver. Jusqu’à présent petit G acceptait volontiers mon aide pour tout et n’importe quoi : l’aider à construire une tour avec des cubes, l’aider à manger. Mais depuis plusieurs semaines il découvre qu’il peut faire ces choses presque tout seul. Alors quand cette semaine je l’ai vu tout tenter pour assembler 2 Lego ensemble, à coup de petits cris, de forçage sur le malheureux jouet et surtout de « non » lorsque j’ai proposé mon aide, et bien, j’ai été fière de voir qu’il tenait à le faire tout seul. Et il a réussi ! Sa satisfaction fût immense, il s’est applaudi et a gagné confiance en lui.

Je me suis alors dit qu’il fallait commencer, tout doucement bien sûr, à le laisser faire, à l’encourager encore et toujours, à lui montrer les limites d’une telle émancipation, mais vraiment de le laisser devenir ce petit garçon, puis ce futur adulte.

Campagne

C’est avec beaucoup d’émotions que j’ai réalisé qu’il devenait « grand » et j’ai vu dans ses yeux, que lui aussi était fière de montrer à sa maman de quoi il était capable. J’ai vu dans ses yeux qu’il me disait « merci ». Ce « merci » qui nous fait dire qu’au final, on s’en sort plutôt bien dans ce beau rôle de maman.

Belle soirée à vous !

Chloé

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s