Un amour de papa

Je vous parle souvent du lien très fort que j’ai avec mon fils. Mais il faut savoir que petit G est aussi un fan inconditionnel de son papa ! Un papa prêt à tout pour rendre heureux ce petit bonhomme qui a bouleversé sa vie autant que la mienne. Devenir père a changé mon homme, je le vois bien, même s’il reste assez pudique sur le sujet. Et pourtant, il n’est pas du genre pudique  (Sud-américain toujours joyeux, toujours la patate, toujours souriant !). Pas besoin de mots pour voir dans ses yeux à quel point il aime son petit garçon.

Monsieur papa (appelons le ainsi) a eu envie très tôt de fonder une famille. Une envie très forte que nous avons concrétisée rapidement ! Mais Monsieur papa savait-il à quoi s’attendre ? Non ! Tout comme moi d’ailleurs. On a dû apprendre, ensemble, à devenir parents. Je crois cependant que ce fût un peu plus compliqué pour Monsieur papa au début. On parle souvent de l’instinct maternel, mais qu’en est-il de l’instinct paternel ?

« Monsieur papa était alors convaincu d’avoir toutes les clés en main… »

Concernant le papa de petit G, on peut dire que ce fût les montagnes russes au départ. Après des débuts un peu foufous, Monsieur papa s’est vite calmé. Je m’explique ! À la maternité, il est arrivé avec son carnet et son stylo pour prendre des notes, il demandait conseils aux sages-femmes, aux auxiliaires de puériculture, aux infirmières. Et tout le personnel a eu sa petite boîte de chocolats quand nous sommes rentrés à la maison en guise de remerciements. Monsieur papa était alors convaincu d’avoir toutes les clés en main pour être un bon papa, prêt à relever tous les défis qui l’attendaient ! C’était sans compter sur petit G qui allait vite nous faire comprendre qui était le patron. Je pense pourtant, avec le recul, que mon loulou était un bébé assez « calme » (tout est relatif bien sûr) et que ça aurait pu être bien « pire ». Ceci dit, la situation était tout de même inédite et Monsieur papa a vite remballé son carnet et ses notes. Beaucoup de questions ont alors traversé son esprit et j’ai senti une certaine appréhension prendre possession de son corps…

« Difficile de s’immiscer entre un bébé et sa maman… »

Monsieur papa s’est alors mis petit à petit en retrait. Il a eu du mal à trouver sa place entre petit G et moi. J’imagine que je ne lui en ai pas beaucoup laissé non plus, tellement j’étais focalisée sur la nouvelle merveille de ma vie ! Difficile de s’immiscer entre un bébé et sa maman, surtout lorsque cette dernière allaite. Et je crois que Monsieur papa s’est senti mis de côté. Il a bien essayé de participer à certains moments de la vie de bébé, mais je pense qu’il n’était pas prêt à faire le grand saut. Beaucoup trop de nouveauté pour lui, trop de responsabilités, et surtout, cette proximité si forte entre la maman et son bébé.

« Le papa de la maternité était de retour ! »

Puis les mois ont passé et j’ai repris le travail. Monsieur papa a donc été propulsé presque d’un coup dans son rôle de père, avec toutes les responsabilités que cela comporte. Et oui, souvenez-vous, « à cause » de mon travail je ne peux ni emmener ni aller chercher petit G à la crèche, ou très rarement. Monsieur papa a alors pris le relais et je l’ai vu se métamorphoser ! Le papa de la maternité était de retour ! Il a enfin pu être seul avec son fils, apprendre à le connaître, apprendre à s’occuper de lui, sans le regard permanant de la maman sur lui.

Depuis ce jour, la complicité entre petit G et son papa n’a cessé de grandir. Mon fils m’a même fait l’affront de prononcer « papa » comme 1er mot ! (Et ce n’est pas faute d’avoir articulé « ma-man » 50000 fois devant mon fils pour gagner la bataille du 1er mot ! Haha). La période des 12 à 15 mois a même été légèrement compliquée pour moi, tellement petit G ne voyait que par son père. Papa par-ci, papa par là ! Dès que papa quittait une pièce, c’était la crise ! Dès que papa sortait de l’appartement, petit G restait collé pendant de longues minutes derrière la porte à attendre que son père revienne. J’ai dû prendre sur moi et comprendre tout simplement que mon fils aimait son papa, et que son papa s’occupait à merveille de lui. J’ai compris que tous ces petits moments entre eux deux les avaient rapprochés. J’ai compris que la chose la plus importante pour Monsieur papa était de voir le sourire de son fils, le soir à la crèche.

Je sens à présent de la fierté dans les yeux de mon homme. Je sens aussi de la peur face à l’hostilité du monde qui entoure notre petit G. Mais je sens aussi une force incroyable chez Monsieur papa, la force et l’envie de lui donner le meilleur, de lui apprendre les bonnes valeurs, et de lui transmettre également la force qui l’aidera à grandir. Derrière le papa copain, il y a le papa responsable. Derrière le papa farceur, il y a le papa câlin.

Tout comme les mamans, les papas ont une place précieuse dans le cœur de leurs enfants. Sans que je m’en aperçoive forcément, Monsieur papa protège notre petit G et l’inonde d’amour au quotidien. Et pour cela, je le remercie…

dad and son

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :