Changement de cap !

Attention les yeux, ça risque de faire mal ! Alors je ne cherche pas à remuer le couteau dans la plaie, mais j’aimerais vous parler brièvement des dernières années de ma vie professionnelle et, par conséquent, vous aider à mieux comprendre pourquoi j’en suis là aujourd’hui.

XXX

Donc ça y est, je suis officiellement libre ! Libre de mon ancien emploi, libre des chaines qui m’ont si souvent fait mal ! Il est vrai qu’après près de 5 années dans la même entreprise, il n’est pas chose aisée de plier bagages et de s’en aller, tout en sachant pertinemment que les choses ne vont plus (un peu comme dans un couple !). On se connaît trop bien mon travail et moi, on s’aime puis on se déteste ! On rit un jour et on pleure le lendemain ! Alors pourquoi s’acharner ? Surtout lorsqu’on vous fait clairement comprendre qu’il n’y aura plus d’évolution possible. Les raisons ? Elles sont multiples et variées mais je n’en retiendrai qu’une. Celle qui fait le plus mal et qui touche malheureusement un trop grand nombre de femmes. Que dis-je ? De mamans…

Donc voilà, je suis devenue maman en septembre 2014 ! Un bonheur incommensurable ! Sauf pour ma hiérarchie. Peu de temps avant ma grossesse, on ne tarissait pas d’éloges à mon sujet quant au travail fourni au sein de la société. A l’annonce de ma grossesse, les choses se sont légèrement corsées. Aucune considération pour la femme enceinte que j’étais (ne serait-ce que savoir comment je me sentais ?) et surtout, surtout, une ignoble manière de me faire culpabiliser. Voici l’un des mots les plus durs que j’ai pu entendre à cette époque : « trahison« . J’avais trahi l’entreprise, trahi ma boss, trahi tout le monde. Autre phrase très déroutante lorsqu’on est une mère en devenir : « Tu nous as beaucoup déçu ! ». Comment pensez-vous que je me suis sentie à ce moment là ? Coupable de trahir ma hiérarchie et coupable envers mon bébé qui n’avait rien demandé mais que je n’arrivais pas encore à aimer. J’ai donc été arrêtée, à 5 mois de grossesse, ne pouvant plus assumer, ni physiquement ni psychologiquement, le travail qui m’était demandé. A partir de ce moment là, j’ai réussi à rattraper le temps sur un début de grossesse gâchée et mon petit G est arrivé, 3 mois après.

La reprise du travail ne s’est pas faite sans douleur. On m’a fait savoir qu’on attendait de moi d’être plus investie que jamais (travail à fournir, être flexible sur les horaires, etc.). J’entends bien, mesdames, que mon rôle au sein de l’entreprise est de faire mon travail au mieux et, je m’y engage pleinement, mais, comprenez que ma vie à légèrement changée et que cela ne sera donc pas envisageable tous les jours.  Savez-vous ce que l’on m’a répondu ? Que ma vie avait changé mais que la vie de l’entreprise était toujours la même (certes) et que j’allais devoir organiser ma vie personnelle et professionnelle (tout à fait !). On m’a également donné comme exemple que certaines personnes avaient un chien à la maison et qu’elles devaient parfois rentrer plus tôt pour s’en occuper mais elles trouvaient un arrangement. Moi, j’avais un enfant, c’était donc la même chose, je devais m’arranger !  Autant vous dire que je n’ai apprécié que très moyennement la comparaison entre un chien et un enfant ! (Sans vouloir offenser les propriétaires de chiens). On pourrait penser qu’un homme était derrière tout ça. Et bien non, le pire étant que ce sont bien des femmes qui ont prononcé ces idioties !

Puis le temps a passé, la hiérarchie a quelque peu changé, mais les choses ne se sont pas améliorées. Et on a cherché, doucement, tranquillement, à m’évincer. N’ayant plus la force de me battre, je suis partie la tête haute, voguer vers de nouveaux horizons. Nous étions chacun (mon employeur et moi-même) très heureux de la décision prise. Je ne retiens que le positif de cette expérience, les collègues formidables avec lesquelles j’ai pu travailler et non, je ne vous en veux plus, malgré les souffrances endurées. Il suffirait pourtant de peu pour valoriser les mères au travail : plus de considération, de compréhension, de communication et d’humanité !

20160521_181247

 

Alors que faire à présent ? Se reconstruire, réfléchir à de nouvelles (ou anciennes) envies, avoir des projets. Je ne suis pas encore certaine de ce que je souhaite mais je suis convaincue de certaines choses. Je veux profiter de mon fils, le voir grandir. Je veux être au service des femmes et surtout des mères. Si possible, toujours au travers de l’écriture. Sans nommer clairement les fonctions que j’aimerais avoir, voici mes envies profondes :

  • L’écriture : écrire un livre, écrire des articles pour vous mesdames (et messieurs parfois). D’ailleurs, avis aux amateurs, je suis à la recherche d’un emploi 🙂 (presse écrite, presse parentale, éditeurs ?)
  • La création : créer mon entreprise, pour vous apporter mesdames, toujours plus de conseils et d’attentions (cette option n’est pas sans difficultés, je le conçois !).

Puis il y a aussi d’autres projets, plus personnels cette fois, qui me (nous) tiennent à cœur :

  • Quitter la région parisienne, déménager ailleurs (petit indice, la mer ne se trouve pas loin !)
  • Donner un petit frère ou une petite sœur à Petit G. ♥♥

XXX

Belle journée

Publicités

9 commentaires sur “Changement de cap !

Ajouter un commentaire

  1. J’ai toujours entendu dire que les femmes étaient pires que les hommes, dans le milieu professionnel, mais visiblement ça se confirme ! Je trouve scandaleuse ce genre d’attitude. Une de mes anciennes collègues l’avait aussi vécu, sa patronne lui avait carrément parlé avortement… Si tu es en paix avec ta décision, et ça a l’air d’être le cas, alors bravo !
    Prends le temps de te reconstruire et profite bien de ton petit G. 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Oui les femmes peuvent être d’une méchanceté ! C’est fou ! Carrément avorter ? Mais où va t’on ?? Comment veux-tu que les femmes ne se sentent pas coupable de faire des enfants avec une attitude pareille ? Je te remercie en tout cas d’avoir lu mon article et pour tes paroles bienveillantes 🙂

      J'aime

  2. Eh bien quelle histoire !! Je ne pensais pas ça de « l’entreprise » que nous connaissons bien toutes les deux … J’en suis désolée pour toi et finalement je suis ravie de ne plus y travailler de près ou de loin non plus mais quand même ! Le fait que ce soit une entreprise américaine y joue pour beaucoup également je pense ! Bon courage miss !

    Aimé par 1 personne

  3. Je pense que beaucoup de personnes seront surprises ! Mon but n’était pas à l’époque de faire scandale et je ne souhaite pas non plus les accabler à ce jour. Je veux juste créer le débat sur ce qui se passe pour beaucoup de femmes j’ai l’impression ! Peut-être que le côté « américain » a joué ! Mais les personnes avec qui je travaillais directement n’étaient pas américaines elles. Bref…je te remercie d’avoir lu mon article et te remercie également pour tes encouragements ! 🙂

    J'aime

  4. Encore une fois, je suis vraiment navrée pour toi et, à la lecture des péripéties que tu nous racontes, je suis estomaquée par ce qui t’est arrivé. Et malheureusement, j’ai bien peur que tu ne sois pas la seule à revenir après un congé maternité et à te retrouver dans ce genre d’impasse.
    Bravo d’avoir eu le cran de partir et de recommencer une nouvelle aventure ! Alors, c’est quoi la suite ? J’ai hâte de suivre ton évolution, en tout cas ! 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :