Maman j’ai peur !

C’est arrivé il y a plusieurs semaines (ou mois, je ne me souviens plus très bien). J’ai été un peu surprise lorsque j’ai entendu cette phrase :  » J’ai peur… « . Mon fils n’avait jamais verbalisé ses peurs jusque ici et lorsqu’il l’a fait je me souviens m’être demandée : « Mais pourquoi a t’il peur ? Comment a t’il connu ce sentiment ? » et j’ai ressenti de la peine pour lui. Un  nouveau sentiment venait de faire son apparition dans le panel des émotions qu’il pouvait ressentir. Et puis je me suis rendue compte petit à petit que ce sentiment de peur chez mon petit G lui venait de l’inconnu. Nous autres les adultes connaissons le monde qui nous entoure, tandis que les enfants ont encore tout à apprendre.

Alors il a commencé à avoir peur d’un son nouveau, d’un animal inconnu, du monsieur qui tondait l’herbe…et il m’a fallu le rassurer à chaque fois en lui expliquant d’où venait ce bruit, qui était cette personne, etc. Mais voilà, je ne suis pas toujours collée à mon fils, surtout la nuit, lorsque ses angoisses les plus profondes se réveillent, et me réveillent aussi…

Je crois que nous sommes entrés dans l’ère des « terreurs nocturnes« . Jusqu’à présent j’arrivais plutôt bien à les gérer mais depuis quelques jours je me sens un peu dépassée.

Le sommeil de petit G a toujours été plus au moins satisfaisant, je ne vais pas m’en plaindre (ou peut-être s’habitue t’on à ne plus dormir « comme avant ?! »). Au départ bien sûr c’était le grand n’importe quoi. Puis il a trouvé son rythme, et nous avec. Nous avons connu pendant quelques mois cette période magique de le voir dormir de 20h à 8h30 voire quelques rares fois 9h (sauf bien sûr en semaine lorsqu’il fallait le réveiller pour la crèche, oui oui, le réveiller !). Tandis que le sommeil de notre fils semblait acquis, nous avons vite compris que ce n’était pas le cas. Il est alors passé par des phases de « je ne veux pas dormir » à « je me réveille la nuit ».

Comment tu dors ?

  • Le rituel du coucher : Nous le savons, un enfant a besoin de rituels pour se sentir en sécurité et s’endormir seul par la suite. Nous avons donc instauré, depuis très longtemps maintenant, le petit rituel du soir. Et petit G le connaît très bien. Depuis quelques temps voici donc comment les choses se présentent : brossage de dents après manger, changement de la couche et/ou pipi dans le pot avant le dodo, lecture de quelques livres (au minimum 10 hein, sinon c’est pas drôle) puis un câlin à maman, un câlin à papa, la veilleuse et au lit ! Les choses ont commencé à se compliquer lorsque j’ai remarqué que petit G me demandait de l’eau, voulait ENCORE regarder un livre, éteignait la lumière tout seul puis la rallumait, puis l’éteignait à nouveau… Il repoussait l’heure du coucher. Mais une fois au lit, il réussissait finalement à s’endormir.

Et après ?

  • L’endormissement : Ponctuellement ces derniers mois, petit G manifestait clairement son désaccord quant à l’heure et l’endroit du coucher. Après moult « discussions », lectures d’histoires, etc. nous cédions, très rarement j’insiste, à l’endormissement dans notre lit. Je n’approuve pas du tout mais il faut avouer que c’est bien pratique. D’autant plus que j’avais parfois simplement à lui dire « tu passes un petit moment dans le lit de papa et maman et ensuite tu retournes dans ton lit », et cela fonctionnait.
  • Les réveils nocturnes : Puis est venu le temps des réveils nocturnes. Comme je vous le disais, j’arrivais très bien à les gérer au départ. J’avais simplement à rentrer dans sa chambre, lui redonner son doudou et le recoucher tranquillement pour qu’il se rendorme sans problème. Mais les choses se sont corsées et il est devenu de plus en plus difficile de calmer petit G. Cela peut prendre 5 minutes comme 1h (voire plus). Je reste toujours dans sa chambre (et donc je ne l’emmène pas dans la nôtre !), je lui parle calmement, je le rassure d’une main sur son ventre, parfois je chantonne, parfois non. Je m’adapte à la situation et à ses besoins. Bien évidemment, il est plus facile de faire tout cela à 23h plutôt qu’à 3h du matin… Si petit G finissait toujours par se rendormir, c’est devenu très compliqué ces derniers temps.
  • Les terreurs nocturnes : J’ai été très surprise, lorsque cela a commencé, d’entendre mon fils littéralement hurler au beau milieu de la nuit, en m’appelant, l’air complètement perdu et paniqué ! J’ai remarqué que parfois, mon fils n’était pas tout à fait réveillé. Il pleure, il crie et j’ai juste à le toucher pour qu’il se rendorme. Cette situation est très étrange et déstabilisante pour moi. Mais parfois, j’ai beau tout essayer, rien n’y fait. Petit G pleure sans s’arrêter, avec ce genre de pleurs qui vous fait comprendre qu’il a peur de quelque chose. Il s’agrippe à moi et me supplie de le sortir de son lit pour aller dans le lit de papa et maman. Je ne cède pas et j’essaye encore et toujours de lui parler calmement. Mais cela ne semble pas fonctionner. Il faut alors attendre de longues (très longues !) minutes pour que mon fils se calme. Commence alors une interminable série de « je me calme », « je pleure », « je me calme », etc. J’ai tout testé : lui laisser la veilleuse, l’éteindre, lui proposer de prendre une petite veilleuse dans son lit, lui raconter une histoire tout droit sortie de mon imagination, sortir de la chambre, le laisser pleurer quelques minutes, revenir, repartir, lui dire que c’est la dernière fois, rester un peu à côté de lui…jusqu’à ce que la dernière solution soit de vraiment rester à ses côtés, jusqu’à ce qu’il se rendorme. Et je sens bien qu’il n’est pas serein. Je l’entends m’appeler de sa petite voix « maman » pour vérifier que je suis bien à côté de lui, puis je le vois reprendre son pouce et son doudou, rassuré. Jusqu’à ce qu’il recommence, puis finisse par s’endormir, puis se réveiller à nouveau quelques heures plus tard. Et puis vient enfin le moment salutaire où je peux retourner me coucher, me contorsionnant pour ne faire aucun bruit. J’ai mal au dos d’être restée dans la même position pendant des heures, je suis fatiguée, mais je peux enfin aller dormir.

Et moi dans tout ça ?

Moi je suis épuisée. Petit G ne veut pas de son papa dans ces cas là et c’est très difficile à gérer pour nous 2. Je crois que le papa n’a de toutes façons pas la même patience que moi, malheureusement, pour s’occuper de notre fils dans ce genre de situation. Je suis donc quasiment la seule à me lever, ou en tout cas à essayer de calmer petit G. Je me questionne beaucoup sur ma façon de faire. Je me demande si ces réveils nocturnes aussi fréquents sont « normaux », si cela est dû à l’arrivée du petit frère. Je me demande si c’est ma faute. Et je me sens perdue, je culpabilise de ne pas toujours savoir comment faire pour apaiser mon petit garçon. Parfois la fatigue me fait perdre patience. Je hausse le ton, je pleure. Et puis je me ressaisis et je trouve la force en moi de me calmer, pour lui, pour mon fils qui a tant besoin d’être rassuré. Je lui donne tout mon temps, toute ma patience, tout mon amour, au détriment de mon sommeil. Et bien sûr, j’ai peur pour la suite, quand ils seront deux…

J’espère sincèrement trouver les bons mots et les bons gestes pour aider mon petit G a retrouver un sommeil réparateur et donc me permettre de me reposer avant la naissance de bébé. Nous traversons une période difficile mais je sais que tout cela ne durera qu’un temps.

J’attends votre ressenti, j’attends vos expériences et vos conseils !

20161123_164732-3

**Très belle journée à vous** 

Publicités

24 commentaires sur “Maman j’ai peur !

Ajouter un commentaire

  1. Ici, Poupette ne verbalise évidemment pas encore. J’avoue que pour elle le sommeil est très facile. L’endormissement est spontané et elle le fait seule dans sa chambre (jusqu’ici). De plus, elle n’a quasi pas de réveils nocturnes. Une ou deux fois j’ai eu l’impression qu’elle avait fait un cauchemar. Elle se tournait dans tous les sens, elle avait les yeux fermés et ne me regardait pas. Elle ne semblait même pas consciente de ma présence. Dans ces cas-là, j’ai mis une main sur son petit ventre et je lui ai chanté sa chanson de dodo pour la calmer. Les deux fois, elle ne s’est pas réveillée mais s’est apaisée.
    C’est une bien maigre expérience que voilà. EN tout cas, je te souhaite courage. Je comprends que ce soit difficile de gérer les peurs de son tout petit. Mais c’est aussi la preuve qu’il grandit. Qu’il mesure mieux les enjeux de ce qu’il vit : je ne connais pas ce chien, il pourrait me mordre. Je ne sais pas. Je vais être prudent.
    Courage ma jolie!

    Aimé par 1 personne

    1. Comme ca fait du bien de voir que nous ne sommes pas seul dans cette situation (est-ce malsain? 😐)
      Ma fille est plus jeune que votre fils mais depuis quelques semaines c’est la même chose, hurlement et panique la nuit, on passe parfois 2h allongés à côté de son lit (papa ou moi) et cela parfois plusieurs fois par nuit! Le pire dans tous ca c’est qu’il faut aller travailler le lendemain, pour ma part je suis auxiliaire de puericulture en creche alors des conseils j’en donne tout le temps aux parents mais quand ça concerne le sien on est parfois désemparé. Je rêve de discuter avec des parents qui vivent la même chose que nous! Parce que dans notre entourage ils dorment tous bien ou alors les parents mentent ! Moi j’ai du mal à me dire que c’est passager, parce que je trouve le passage très long. Mais on fait ce qu’on peut pour que cette période se passe entouré d’amour dans tous les cas.

      Aimé par 1 personne

      1. Chère Lisa, bien sûr que ça fait un bien fou de voir que nous ne sommes pas seule dans ce genre de situation !! Et c’est toujours agréable et réconfortant de pouvoir discuter avec d’autres parents qui vivent les mêmes choses. C’est en effet très bizarre si tous les enfants de ton entourage dorment bien 😉 Moi j’entends de tout ! Mais je crois que de toutes façons, les enfants passent par différentes phases, ça va et vient et comme tu le dis, on fait comme on peut ! Merci en tout cas pour ton témoignage ! 🙂

        J'aime

    2. Je suis heureuse de voir que ta Poupette s’endort seule et plutôt bien ! Ca a longtemps été le cas pour notre petit G, mais je crois que le fait qu’il grandisse et l’arrivée du petit frère le perturbe légèrement… En tout cas tu as raison, c’est plutôt « bien » qu’il prenne conscience du monde qui l’entoure afin d’être plus prudent. Merci à toi ma belle et à très vite !

      J'aime

  2. OooOh, comme je compatis! Je commencerai par le plus important: le sommeil est très souvent compliqué pour les enfants, c’est « normal ». Mon ainé a toujours eu un sommeil plutôt difficile, c’est pour lui une perte de temps. Comme toi, nous avons tout essayé, mais il est une chose certaine: il ne fait pas exprès pour nous em**rder, c’est une réelle angoisse, la nuit, le noir, est un contexte très anxiogène (c’était déjà le cas au temps de la préhistoire!). Les terreurs nocturnes sont parfois impressionnantes, je me souviens également de passer du temps à le calmer… En fait, ton récit aurait pu être le mien à peu de choses près. Moi aussi je m’occupe de mon (mes) fils principalement puisqu’il ne veut pas papa mais uniquement maman qui a une patience presque infini par rapport à papa…
    Il n’y a pas de solution miracle malheureusement. Je crois qu’il faut s’occuper du plus important: le sommeil de tous. Pour ça, il faut faire au plus simple et au plus efficace. Nous avons nous aussi beaucoup lutter pour que notre ainé ne vienne pas dans notre lit et encore aujourd’hui il s’endort dans le sien. Mais, lors de ses réveils nocturnes, entre se battre pour qu’il retourne dans son lit durant des instants interminables et dormir, nous avons choisi de dormir. En plus, je vois bien que, encore une fois, ça n’est pas pour nous gâcher la vie c’est une réelle et profonde peur. Alors il nous rejoint, on dort un peu serré les uns aux autres, mais au moins ON DORT!
    J’avais une frousse indescriptible lorsque j’étais enceinte du deuxième! (« mais comment je vais faire?? je vais finir à l’hosto??? »). Finalement, tu trouveras les solutions à l’instant T pour le problème du moment.
    Courage et surtout patience..!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup Cendra ! En effet je crois que les « problèmes » de sommeil chez les enfants sont assez courant. Je suis d’accord avec toi, il faut réussir à préserver le sommeil de chacun car ça devient vite épuisant, autant pour les parents que pour les enfants. Alors pour le moment je lutte au maximum contre le dodo dans le lit de papa et maman (même si c’est déjà arrivé) mais je sais que parfois ce n’est pas aussi simple, d’autant plus que c’est très stressant de voir son enfant angoissé. L’important est de faire comme on le ressent et si vous dormez tous c’est l’essentiel 🙂
      Merci pour tes mots rassurants concernant l’arrivée de bébé, j’espère sincèrement réussir à gérer !
      A très vite !

      Aimé par 1 personne

  3. Bonjour Chloé, ne culpabilise pas! Et je sais combien c’est dur, de ne pas ressentir ce sentiment quand on est maman! C’est une période tout à fait normale, Ô combien pénible pour les nerfs, mais on a les ressources pour affronter celle-ci et toutes les autres! Je suis maman solo avec ma fille de deux ans et demi, quand cette période à commencer, j’ai essayé beaucoup de choses aussi. Elle se réveillait jusqu’à 7 fois par nuit, pour les derniers réveils, j’avoue que ma patience restait au lit! Mais après 2 mois comme ça, moralement je n’y arrivais plus. « Quand on n’a pas d’enfants, on a beaucoup de principes… Quand on a des enfants, on fait comme on peut et au mieux!!! » Alors je la rendormais par deux fois, et après je lui disais de me rejoindre. On arrivait à redormir 5h d’affilées… Fou, non? 😉 parfois, elle en oubliait de se réveillait la nuit, elle savait que moi aussi je dormais dans mon lit, et puis la nuit d’après, elle revenait dormir avec moi! Quand, grâce à cette méthode que je ne voulais pas, j’ai compris qu’elle avait peur que je ne sois pas là. Le fait de la mettre au lit avec moi, lui a fait prendre conscience que je ne disparaissais pas, je dormais tout comme elle! Lorsqu’elle dormait toute seule, toute la nuit, le matin je lui faisais le chant de la victoire et une petite danse. Ca a duré 6 mois… Maintenant c’est d’autres testes, découvertes et pénibilités… Vive les enfants qu’on aime 😄

    Aimé par 1 personne

    1. Tout d’abord, merci à toi pour le partage de ton expérience ! Je vois que tu n’as pas non plus été épargnée et je comprends à 200% que parfois tu aies pu juste lui dire de venir dormir avec toi afin de la rassurer. C’est vrai que je n’avais pas pensé à ça mais peut être n’est-ce pas aussi évident pour nos enfants de se dire que nous aussi, nous dormons, tout simplement, et que nous ne sommes pas partis je ne sais où ! Moi aussi je félicite petit G quand il a bien dormi 🙂 et je l’encourage à refaire la même chose ! En tout cas bravo à toi !! Et oui, je crois qu’en tant que mamans, nous avons une force inépuisable pour affronter tous les challenges de la vie avec enfant(s) ! 🙂

      J'aime

  4. Ah le sommeil des enfants c’est compliqué ! et j’ai l’impression que ce n’est jamais acquis ou gagné. Notre baby boy n’a que 13 mois et n’a pas encore de terreurs nocturnes et pourtant il a le sommeil très sensible. Il a un énorme besoin de notre présence. Les nuits complètes depuis sa naissance se compte sur les doigts de deux mains. On va dire qu’il a commencé à faire ses nuits à un an , de 20h à 7h30 le matin. Nous avons pris l’habitude des nuits hachés, soit il fait des micros réveils 1 à 2 fois par nuit, et a juste besoin d’être rassuré avec une petite caresse et se rendort aussitôt, soit il se réveille en pleurant, assis dans son lit et peine à se rendormir, bercement, chansons, nous utilisons les mêmes méthodes. Parfois, il se rendort assez vite, mais parfois dès qu’on le pose dans son lit il se réveille et ne veut que les bras ou bien il fini par se rendormir et cela recommence 2h plus tard, on a remarqué que cela arrive surtout lors de poussées dentaires ou de maladie. Du coup, bien souvent on décide de le prendre dans notre lit, afin qu’il puisse dormir paisiblement et pour le coup que l’on puisse dormir aussi. Dès qu’il va mieux, cela ne l’empêche pas de retrouver son lit et de bien dormir. C’est également un bébé qui ne s’endort pas tout seul, il a pourtant un rituel depuis ses premiers mois, et même si il avait besoin qu’on l’accompagne dans son sommeil, une fois que le rituel était terminé il se mettait en position dodo de lui-même mais depuis 1 ou 2 semaines; il ne veut pas dormir à la fin du rituel et nous le fais bien comprendre. Je ne sais pas pourquoi, on a essayé de le coucher un peu plus tard, de bien repérer ses signes de fatigues avant de commencer le rituel mais cela ne marche pas à tous les coups. Lorsqu’il lutte, l’endormissement est compliqué mais quand il veut bien dormir c’est assez simple même si on doit le bercer ou rester à ses côtés. On se relaye beaucoup avec le papa, bébé accepte bien même si parfois c’est vrai qu’il va plus réclamer maman car c’est vrai que je suis aussi plus patiente. J’espère que les terreurs nocturnes vont vite se passer pour que vous puissiez avoir des nuits plus reposantes.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Lisa ! Je crois que chaque bébé est vraiment différent. Tandis que certains auront des facilités à s’endormir seuls, d’autres auront besoin de beaucoup plus de temps. Et on s’adapte, on fait au mieux ! En effet, comme tu le dis, les périodes de poussées dentaires ou de maladies sont des périodes un peu « critiques » concernant le sommeil…on sait toujours qu’on ne va pas très bien dormir ! J’espère aussi que ton loulou va vite de nouveau accepter le rituel du coucher. Je sais aussi qu’à cette période, mon fils prenait conscience de la séparation d’avec maman et qu’il devenait un être à part entière. Les séparations à la crèche par exemple étaient difficiles. En tout cas, il y aura d’autres difficultés dans le futur, d’autres étapes à passer mais je crois en nous 😉

      J'aime

  5. Alors pour commencer je te dirais de ne pas culpabiliser. On en parle peu mais meme à deux ans il y a encore des nuits compliquées… Nous avons eu de notre coté une loooongue phase de régression quand Pierre a commencé à marcher, vers 16 mois, pendant laquelle les nuits étaient catastrophiques. Comme astuce je vais te dire celle que j emploie : je ne souhaite pas non plus que Pierre prenne l habitude de dormir avec nous, mais lorsque je vois qu il est vraiment mal seul, je m installe dans sa chambre sur un matelas gonflable (qui est toujours pret au cas ou dans un coin de l appartement). Ca me permet de dormir un peu et de ne pas devenir folle, et de le rassurer aussi tout en le laissant dans son lit (comme toi il vérifie plusieurs fois si je suis bien là avant de se rendormir). Ca reste assez exceptionnel mais ca marche vraiment bien ici et ce n est jamais devenu une habitude pour le moment. Pour moi c est un bon équilibre entre « le laisser pleurer dans son lit tout seul » et « le prendre dans notre lit » et comme je l ai écrit ca me permet surtout de me reposer dans de pas trop mauvaises conditions pendant ces phases… Bon courage !

    Aimé par 2 people

    1. Merci beaucoup à toi !! J’ai en effet déjà envisagé cette solution à savoir de rester dormir avec lui dans sa chambre. Je l’ai d’ailleurs un peu testée cette semaine mais ne pouvait pas rester toute la nuit avec lui car je n’avais qu’un petit matelas (60×120). J’ai tout de même pris un coussin et un plaid car j’étais trop fatiguée…et je me suis allongée à ses côtés le temps qu’il s’apaise et se rendorme. On essaye toutes te trouver des solutions qui conviennent à tout le monde et qui ne s’éloignent pas trop de nos principes… Merci encore !

      J'aime

  6. Je t’ai déjà répondu sur IG, nous aussi on a traversé (et traversons encore parfois) ces nuits chaotiques … et comme il se doit, maman, c’est tellement mieux que papa que tu ne peux même pas passé le relais …
    La première étape d’enlevé un coté du lit m’a permis de m’installer confortablement sur un pouf à coté de son lit pour rester jusqu »au rendormissement. Maintenant qu’il est dans un lit de grand, j’avoue que je finis parfois la nuit avec li si elle a vraiment était trop mauvaise. C’est bête, mais j’ai moins mauvaise conscience à ce que ce soit mi qui dorme dans sa chambre que l’inverse. Mais peut-être que Mymyleg a raison et qu’ils ont besoin de prendre conscience qu’on ne disparaît pas la nuit.

    Aimé par 1 personne

    1. Ah ça oui c’est étonnant comme maman est beaucoup plus demandée que papa ! Bon moi parfois il tente d’appeler papa quand je ne me lève pas assez vite. Mais bon ça reste rare !
      Je préfère aussi rester avec lui dans sa chambre, même si je suis mal installée, plutôt que de le ramener dans notre lit… Ah lala, pas simple tout ça ! Mais je préfère ne pas céder à la « facilité » trop vite. Alors on fait comme on peut et surtout avec les ressources que l’on a à l’instant T ! Courage à toi avec tes 2 loulous !

      Aimé par 1 personne

  7. Ces phases de régressions au niveau du sommeil sont à la fois tout à fait normales et très épuisantes pour toute la famille : pour ton petit G. qui ne dort pas d’un sommeil serein, mais aussi évidemment pour toi qui dois te lever la nuit.

    Nous avons nous aussi connu plusieurs fois des phases similaires, et comme toi, nous avons essayé d’y répondre en la rassurant, en étant présent la nuit lors des moments de détresse. Par contre, j’avoue que Mister F. a également été très présent : je n’aurais jamais pu tenir ce rythme-là si j’avais eu à l’assumer toute seule. Et puis, finalement, papa et maman ne s’y prennent pas tout à fait de la même façon, mais notre fille était rassurée par une simple présence, que ce soit l’un ou l’autre.
    Après, avec le recul, je ne saurais pas forcément vraiment dire ce qui a marché, alors je vais te faire une liste de nos derniers essais les plus récents (comme nos enfants sont du même âge, peut-être que tu pourras y piocher des idées ?).
    – Lui consacrer plus de temps au moment du rituel du soir (papa ET maman, histoire ET chanson, etc….)
    – Faire évoluer ce rituel : introduction d’une veilleuse alors qu’elle dormait dans le noir depuis sa naissance)
    – Lui expliquer encore et encore les limites : je te fais confiance pour trouver ton sommeil toute seule, je sais que tu es bien et en sécurité, je suis dans la pièce juste à côté, mais j’ai besoin de me reposer et je ne pourrais pas m’occuper de toi plus longtemps parce que je suis trop épuisée
    – En dernier recours, comme die Franzoesin, finir la nuit couchée à ses côtés

    Bref, ne culpabilise pas : c’est normal qu’un enfant de deux ans ait des périodes plus compliquées que d’autres côté sommeil. C’est juste terriblement épuisant pour toi, et il faudrait que tu puisses souffler un peu, histoire de pouvoir continuer à t’en occuper aussi bien.
    Bon courage !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Louna ! Il est certain que parfois j’aimerais davantage de soutien de la part du papa dans ces cas, mais je sens bien qu’il n’a pas la même patience face à la situation. Alors pour le moment je gère, mais quand je n’en peux plus c’est bien sûr le papa qui prend le relais. Je vais essayer de parler encore plus avec notre fils (même si je le fais déjà pas mal) et m’adapter à ses besoins/envies chaque soir car après tout il n’aura pas forcément la même « envie » pour s’endormir que la veille.
      Merci encore !! 🙂

      J'aime

  8. J’arrive après la bataille… Nous n’avons pas encore ce problème et n’ai donc pas de conseils pour toi mais je compatis à fond et souhaite que vous trouviez très vite un nouvel équilibre tous les deux, car je conçois que cela doit être bien difficile surtout en fin de grossesse et avec la perspective du petit chéri qui arrive.
    Quelle chance d’avoir ces super mamans bienveillantes qui commentent, je vais me garder ce petit article sous le coude quand ce sera mon tour !
    Plein de baisers et je t’envoie des ondes positives et caféinées.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton petit mot Marie 🙂 C’est vrai que le fait d’être enceinte me fatigue davantage… Heureusement, comme tu le dis si bien, que je peux compter sur le soutien de toutes ces merveilleuses mamans dont tu fais partie 🙂
      Des bisous !

      J'aime

  9. Très bel article Chloe ET JE VOUS que tu as pas mal de soutient ET d’encouragement ici. J’avoue que pour NOUS il a eut ET il y a encore le stade des peurs et j’ai essayé de suremonter cela en achetant des livres qui parlent de ses propres peurs (le loup, le pot, le noir ET meme les fantômes pour Halloween) maintenant il a peur des descentes en manage!! ET parfois meme en voiture la galère MAIS j’avoue que la nuit NOUS n’avons presque jamais fait face À cela! L’avantage que NOUS avons cest qu’il arrive à les exprimer ses peurs! L’arrivée du petit frère doit beaucoup y faire Aussi. NOUS cest La journée on passe du rire aux larmes. Du Kinder parce qu’il a été sage à la punition ou À la crise parce qu’il tente de NOUS narguer comme ci il était en pleine crise d’adolescence!!! Courage ma belle ET prends soin de toi ET du bebe.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci ma belle ! Il est vrai que les livres sont souvent un bon moyen pour les enfants de parler de leurs peurs. Je vais en acheter concernant l’arrivée d’un petit frère dans la famille…ça pourra peut être aider. Ah oui toi je vois qu’il a beaucoup plus de peurs que le mien en journée ! En tout cas il les exprime et ça c’est génial. Nous aussi il teste beaucoup, réclame des choses, pleurniche…bref…c’est un enfant quoi ! Haha. Courage à toi, je t’embrasse !

      J'aime

  10. C’est une période difficile, surtout lorsqu’on voit son enfant avoir peur et qu’on ne peut rien y faire. On se sent impuissant et c’est ça qui est dur à accepter. Ne pas pouvoir tout contrôler et accepter que son enfant vive des choses sur lesquelles on a aucune prise…
    C’est un peu couper le cordon en quelques sortes…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :