Humeur du jour

Mes peurs et moi…

Dans 7 semaines maximum il sera là.

Je me suis dis qu’au fil des mois j’allais davantage réaliser ce qui se passe et prendre (vraiment) conscience de cette grossesse. Mais je n’en ai pas l’impression. Le temps passe à une vitesse folle et le déclic ne se fait pas. Ou tout du moins pas toujours, et j’ai peur de me retrouver du jour au lendemain avec un petit bébé dans les bras avec qui je n’aurais pas pris le temps d’entrer en contact pendant ces 9 mois. Je me sens tellement mal vis à vis de ce petit être. J’aimerais être folle de joie à l’idée de le rencontrer, sauter au plafond dès que je le sens bouger, et même si cela ne me déplait pas (bien au contraire), j’ai tout de même du mal à me projeter.

Il y a 2 semaines, j’ai ressorti les premiers vêtements de petit G. Et au lieu de les imaginer portés par mon 2ème bébé, j’ai simplement été bouleversée par toutes sortes d’émotions et j’ai réalisé que mon premier bébé, mon G, avait grandi. Je me suis remémorée le jour de sa naissance, j’ai revu son petit visage d’ange lorsqu’on l’a posé sur moi, et chaque petit vêtement a fait remonter à la surface un souvenir, une odeur, une sensation… Ces vêtements sont les premiers qui ont accueilli mon grand garçon dans ce monde, ceux présents sur les premières photos, ceux aussi qui ont été imprégnés de son odeur de bébé, son odeur à lui. C’est bête, je sais. Je me sens presque honteuse de penser tout cela. Et pourtant, c’est ce que j’ai ressenti en ouvrant les cartons. Je ne pourrai pas refaire une toute nouvelle garde-robe à mon 2ème bébé. C’est financièrement impossible. Il faudra alors faire avec. Bien sûr je prendrai le soin de lui acheter quelques pièces rien que pour lui, mais si peu comparé à son grand frère…

C’est alors que je me demande : cela aurait-il été plus facile si ce bébé avait été une petite fille ? Le sexe opposé ? Même si je sais au fond de moi que mes  enfants seront 2 êtres bien différents, tant que je n’ai pas rencontré le 2ème, je ne peux m’empêcher de déjà les comparer. Il me tarde tellement de découvrir son visage. Je suis tombée amoureuse de petit G à la seconde où je l’ai vu, et comme toute maman, j’ai trouvé mon bébé si beau, si parfait. Qu’en sera t’il pour son frère ? Et si je ne ressentais pas la même admiration, le même émerveillement ? J’imagine ne pas être la seule à avoir peur de ne pas trouver son enfant beau, mais cette peur est si déroutante, et culpabilisante.

Il m’est aussi encore difficile de commencer à préparer quoi que ce soit chez nous. Je repousse ce moment. Par crainte ? Superstition ? Je ne sais pas. Mais il va falloir commencer, passer cette étape importante, tant pour moi que pour petit G. J’appréhende sa réaction, j’imagine des nuits chaotiques, des angoisses, des pleurs dans ses yeux et dans les miens. Mon 2ème petit garçon n’est pas encore parmi nous et pourtant déjà tant de questions traversent mon esprit.

Je suis tout de même rassurée d’avoir éprouvé des sentiments déjà très forts lors de ma dernière échographie. Ce bébé a déjà un prénom, il est lui, unique malgré le mystère qui l’entoure encore.

Je sais bien au plus profond de mon cœur que je saurai trouver la force, l’amour, la patience pour ce petit être. Je sais que mon instinct de mère louve sera à nouveau activé pour lui, pour eux. Mais je peux vous assurer une chose : la maternité est une toute nouvelle aventure à chaque fois et la suite de notre histoire reste encore à écrire…

20161226_141651-1-1-1-2

**Je vous souhaite une belle fin d’année 2016 et vous retrouve très prochainement par ici**

Publicités

6 commentaires sur “Mes peurs et moi…

  1. Je lisais hier que l’arrivée du second enfant force les parents et l’ainé à réaliser que l’amour absolu n’existe pas. La famille est histoire de partage, même lorsqu’on a cru à une forme d’exclusivité. Mais il semble aussi que très vite, on se découvre un torrent d’amour qui a tout simplement doublé. La place que tu as du mal à faire se fera naturellement, j’en suis certaine 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Moi je trouve que tu te projettes déjà pas mal. Les angoisses sont aussi une forme de préparation mentale non? Et puis se raccrocher à ce qu’on connait (ton premier fils quand il était petit) plutôt qu’arriver à imaginer un hypothétique petit deuxième dont tu n’as senti que des petits coups et vu des images floues en noir et blancs, me parait plutôt logique.
    En plus je trouve qu’il est difficile de rêvasser pendant des heures quand on n’est plus primipare, à part peut-être ce moment où on va se coucher le soir et où le bébé gigote. Sinon, le réel, et le grand bébé qui est là, prend toute la place.

    J'aime

    1. C’est vrai que l’on dit toujours que les angoisses sont quelque chose de sain ! Il vaut mieux en avoir et les exprimer plutôt que de tout refouler. Ceci dit, je culpabilise de ne pas me sentir plus « heureuse » que cela à l’idée d’accueillir très prochainement un 2ème petit garçon. Ceci dit tu as raison, le premier a déjà une place tellement importante dans mon coeur et dans ma vie que ce n’est pas évident 😉
      J’espère que tu vas bien et t’embrasse !

      Aimé par 1 personne

  3. Je viens de découvrir ton blog via ton dernier billet, je découvre cet article dans lequel je reconnais certains de mes doutes lorsque j’attendais ma 2ème picoucinette – Saurais-je l’aimer autant que ma grande Chouquette? Vivrais-je les choses différemment?
    On projette forcément notre première expérience sur le 2ème enfant, surtout du même sexe, mais tu verras très vite qu’une belle et toute nouvelle aventure t’attends, avec un vécu différent enrichi de tes souvenirs du premier, et la découverte de ton 2ème qui sera unique!
    Bon courage pour tes dernières semaines de grossesse – ce n’est pas pour rien qu’on les attend 9 mois, il en faut, du temps, pour que le corps et l’esprit se préparent!

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis très heureuse de pouvoir également découvrir ton blog 🙂 et te remercie pour tes mots au sujet de mon article. En effet je crois que ma deuxième grossesse aura suscité chez moi bien plus d’interrogations que la première, et ceci pendant les 9 mois ! Comme quoi ils sont bien nécessaire pour se préparer, comme tu le dis si bien.
      Merci pour tes mots rassurants et j’attends maintenant avec impatience de vivre cette nouvelle aventure 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s