L’envers de mon décors

Il est 23h, j’entre dans la chambre et me glisse doucement sous la couette afin de ne pas réveiller petit A qui s’est endormi. Le lit est vide, le lit est grand. Les draps ne sentent plus ton odeur et cette chaleur que tu m’apportais autrefois s’en est allée…

Quelques minutes auparavant je suis venue déposer un baiser délicat sur ton front chaud. Tu dors. Paisiblement ou pas, je ne le sais pas. Les volets du salon sont ouverts, l’appartement est calme et je savoure l’espace d’un instant le silence ambiant. Mais le bruit de la solitude bourdonne dans mes oreilles et c’est seule que je vais me coucher alors que tu dormiras, une fois de plus, sur le canapé.

Trouver sa place, une bien drôle d’étape alors qu’il y à peine quelques mois nous avions chacun la nôtre, bien définie, ancrée dans le sol. Mais un tout petit être de 50cm est venu tout chambouler, d’un coup, d’un seul. Il a alors fallu se rappeler les nuits hachées, s’habituer aux petits bruits de sa bouche, faire avec le réveil des uns et des autres et la fatigue de chacun. Tenter de dormir. Un peu. Beaucoup. Tenter de se reposer, ne serait-ce que quelques heures. Cela est vite devenu vital. Pour moi, pour lui, pour A.

Alors on a commencé par une nuit sans toi papa, juste une. Pour que maman se repose car papa bougeait trop, ronflait trop fort ou ne se couchait pas à la même heure. Et on a continué avec 2 nuits par-ci par-là. Puis 3, puis 4…et je ne me souviens plus quand tu n’es plus revenu. On a réussi, finalement assez facilement, à se déranger tous les 3, et à s’habituer à l’absence de l’autre. On ne se souvient plus du côté agréable de dormir l’un avec l’autre. On a oublié la douceur du contact de nos corps, nos pieds qui se cherchent, nos mains qui se rencontrent au beau milieu de la nuit. Oui, on a oublié…

Mais moi, j’aimerais ne pas oublier, j’aimerais te retrouver. Quand ? Je ne le sais pas très bien. Ce soir, demain, dans une semaine ou dans un mois. Peu importe. J’aimerais te retrouver.

On ne l’a pas fait exprès pourtant. On a voulu bien faire. Et puis on n’a pas franchement le choix. Je préfère laisser mon grand garçon rêver paisiblement dans sa chambre, seul pour le moment. Il est bien trop sensible encore à l’arrivée de son petit frère. Ce n’est pas le moment pour eux de dormir ensemble. Je le sais, je le sens.

Alors on s’adapte. Notre couple survit mais j’ai l’impression que nous sommes comme 2 parents colocataires. JUSTE deux parents. Il n’y a plus de nous, ou très peu. Tu m’en voudrais de dire cela, de le penser même. Et pourtant…

Et pourtant chacun de nous croit en la famille. Chacun de nous aime ses enfants d’un amour si puissant. Chacun de nous souhaite le meilleur pour eux et pour nous 4. Alors pourquoi ? Pourquoi le temps nous éloigne t’il, pourquoi est-ce si difficile de te regarder dans les yeux, de te prendre la main, de te sourire ? Parce que le temps nous manque. Bien sûr que nous essayons ! Mais, je me suis perdue en chemin et j’ai lâché ta main pour prendre celles de mes enfants. Parce qu’ils en ont plus besoin que toi. Je crois. Je ne suis plus certaine en fait. Peut-être est-ce toi qui a lâché ma main le premier ? Quelle différence cela fait-il ? Aucune.

Oui c’est une épreuve, un combat de chaque jour, que d’avoir des enfants pour un couple. Non ce n’est pas facile et la vie quotidienne est loin d’être rose. Des pleurs, il y en a. Des cris aussi. On s’énerve, on s’agace, on s’en fout. Puis on se réconcilie. Et on recommence. Demain sera peut-être meilleur, peut-être pire. Mais demain sera, et il nous faut avancer…

Il est 23h et je me couche, en repensant très fort à ce jour d’avril 2011, à cette tarte aux pommes dégustée près du jardin du Luxembourg et à nos regards fous d’amour déjà, sans même se l’être encore avoués. Et alors je m’endors, un sourire sur mon visage, avec l’espoir fou qu’un jour, nos regards se croiseront de nouveau et nos mains s’enlaceront encore une fois et pour toujours.

IMG_20170511_123416_033

**Je vous souhaite un très bon weekend**

Publicités

39 commentaires sur “L’envers de mon décors

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :