Du sein au biberon

Comme beaucoup de parents au moment du sevrage, j’ai été confrontée à un refus catégorique de prendre le biberon de la part de mon bébé. Il a clairement exprimé qu’il n’était pas d’accord, et je ne peux que le comprendre. Depuis sa naissance il ne connaissait que le sein et le lait maternel. J’ai pourtant pensé, à tort, que le sevrage serait plus facile avec lui qu’avec son grand frère. En effet, mon grand G prenait son puce depuis ses 2 mois environ alors que mon bébé A prend occasionnellement une tétine. Mais qui dit tétine ne veut pas forcément dire acceptation plus facile du biberon.

On sait bien qu’au travers de l’allaitement maternel au sein se joue une dimension psychoaffective très importante entre la maman et son bébé. L’odeur de maman, la douceur de sa peau, le goût de son lait…Tous les sens du tout petit sont en éveil et ce geste nourricier est l’acte d’amour ultime pour ce petit bébé qui vient au monde. Il est donc très compliqué et très douloureux pour lui de s’en voir privé, même progressivement. Il ne comprend pas, il panique, il pleure, il se sent presque comme abandonné par sa maman. En tout cas c’est ce que moi j’ai ressenti chez mon bébé.

J’ai donc pris mon temps pour sevrer mon petit A, car j’ai rapidement compris que je n’aurais pas le choix. Il aura fallu 3 semaines pour qu’il accepte enfin le biberon, puis au moins une semaine supplémentaire pour qu’il le prenne sans faire la grimace. Il faut savoir qu’à partir du moment où j’avais décidé de passer au lait infantile, je n’ai JAMAIS abandonné. Je suis restée convaincue et c’est donc tous les jours, à la même heure environ, que j’ai proposé un biberon de lait à mon fils. Au départ il les a tous refusés bien entendu. J’ai donc tenté plusieurs méthodes afin de nous faciliter à tous les deux le passage de cette étape difficile. Car même convaincue, cela n’en restait pas moins douloureux pour moi de voir mon bébé pleurer, triste et chercher mon sein. Mais ma décision était prise et je ne la regrette absolument pas à ce jour. Il faut également savoir que lorsqu’il a enfin accepté le biberon, il ne prenait que de petites quantités, puis jour après jour il en a pris un peu plus jusqu’à un biberon complet. Pendant plusieurs jours je lui ai donc donné un biberon par jour. Lorsque j’ai été sûre qu’il les acceptait enfin je suis passée à 2, puis 3 et enfin 4 biberons à ce jour. Sachez également qu’après chaque refus, je ne donnais pas immédiatement le sein à mon bébé. J’attendais qu’il se calme et je le distrayais.

Mais revenons aux trucs et astuces qui m’ont permis de faire accepter le biberon à petit A. Toutes ces « méthodes » ne fonctionnent pas à coup sûr car chaque bébé est différent, mais il est certain que mises bout à bout elles ont toutes contribué au résultat qui est le suivant : Mon bébé accepte maintenant son biberon sans problème et se jette même dessus quand il le voit ! Chose impensable pour moi il y a plusieurs semaines de cela.

Voici donc comment, au fil des jours, j’ai procédé :

  • Proposer un biberon de lait TOUS les jours malgré les refus.
  • Proposer JUSTE du lait infantile au départ : GROS échec.
  • Proposer du lait tiré : échec car refus de la tétine du biberon.
  • Changement de biberon (Avent au départ puis MAM pour continuer).
  • Mélange de lait infantile et de lait tiré : peu convaincant.
  • Faire donner le biberon par le papa : échec.
  • Faire donner le biberon de lait tiré par UNE amie maman : petite victoire.
  • Recommencer moi-même le lendemain avec mon lait tiré : petite victoire.
  • Préparer 2 petits biberons de lait : l’un avec du lait tiré et l’autre avec du lait en poudre. J’ai commencé avec le lait tiré puis mon fils avait encore très faim donc j’ai vite enchainé avec le 2ème petit biberon. Il a fait la grimace mais en a pris un peu.
  • Donner le biberon en marchant (Aie mon dos !) : petite victoire.
  • Donner le biberon à l’extérieur, sur un banc : échec.
  • Donner le biberon à la fête foraine : petite victoire. Mon bébé était tellement absorbé par le reste qu’il ne faisait pas plus attention que cela au biberon.
  • Ruser en glissant délicatement la tétine du biberon dans sa bouche après un semi endormissement au sein : échec.
  • Donner le biberon dans la même position que l’allaitement, en le berçant, en chantant, en lui parlant beaucoup, en le câlinant et en l’embrassant : c’est sans doute ce qui a le plus fonctionné.
  • Expliquer à mon bébé qu’il n’avait pas le choix, que je l’aimerais toujours autant, qu’il allait pouvoir profiter de ce moment avec pleins d’autres personnes et que c’était cool de grandir : peut paraître stupide mais pour moi c’était important de le lui dire !
  • Demander à son grand frère de lui montrer combien c’est génial de prendre le biberon.

Ce qui a fonctionné pour moi ne fonctionnera pas forcément pour les autres et vice-versa. S’il y avait LA technique facile pour passer du sein au biberon, cela se saurait ! Je crois surtout qu’il ne faut rien lâcher, qu’il faut être régulier et constant chaque jour et surtout, surtout, donner beaucoup d’amour à son bébé.

Ne vous mettez pas trop la pression, dans tous les cas il existe une solution, une alternative et votre bébé saura s’adapter bien plus vite que vous ne le pensez.

20170501_141454-1 (2)

Je vous souhaite une belle journée !

 

 

Publicités

5 commentaires sur “Du sein au biberon

Ajouter un commentaire

  1. Très joli témoignage, qui aidera et rassurera beaucoup de mamans je pense. Et bravo d’avoir tenu le coup, je ne sais que trop combien ces moments sont éprouvants…
    Pour ma part, le sevrage a été un échec. Après 3 mois d’essais (et je pense avoir à peu près testé les mêmes choses que toi), à coup de deux biberons par jour systématiquement proposés le midi et au goûter, elle prenait entre 10 et 30 ml PARFOIS. Je me suis donc dit que cet acharnement n’était pas une solution, j’ai lâché du lest, et depuis je le vis beaucoup mieux, malgré la fatigue qui perdure…
    La pédiatre lui a diagnostiqué un reflux interne avec oesophagite, sur fond d’asthme, elle est sous traitement de choc depuis 1 mois, il s’agissait peut-être tout simplement de ça. Quand on souffre, quoi de mieux que le réconfort fusionnel d’une maman ?
    Enfin, je pense que dorénavant le sevrage se fera lorsqu’elle sera capable de compléter son apport en lait par des solides uniquement. Je la laisse donc me surprendre :-).

    J'aime

  2. J’ai suivi tes péripéties sur Insta et je suis ravie de voir qu’avec le temps, tout s’est apaisé ! Comme tu le dis si bien, ce qui a marché pour ton loulou, ne marchera peut-être pas avec les autres, mais tu listes pas mal d’astuces…

    Nous avons procédé comme toi pour ma fille pour qui cela a aussi été compliqué. Un biberon, toujours à la même heure, pendant plusieurs jours… C’est finalement, la technique du papa qui donne qui a fonctionné chez nous…

    Un conseil que je pourrais rajouter, si vous voulez arrêter l’allaitement car vous devez reprendre le boulot : anticipez le plus possible… Beaucoup veulent profiter un maximum avant l’échéance, mais cela peut prendre du temps, beaucoup de temps. L’étape se passera avec moins de pression et plus sereinement si vous savez que vous avez encore un peu de temps pour passer le cap !

    Merci pour ce retour d’expérience qui devrait servir à pas mal de mamans…

    Bonne journée

    Virginie

    J'aime

  3. C’est exactement comme ça que ça c’est déroulé pour mes filles, plus lentement pour la 2ème que pour la première! Je crois surtout qu’il faut bien planifier, et comprendre que ça ne se fait pas en un jour ni même une semaine. Il faut s’y prendre à l’avance, moi j’avais prévu 3 semaines effectivement car je l’avais lu sur internet et effectivement c’est le temps qu’il a fallu. Pas facile cette étape, ni pour bébé, ni pour maman, car cette « séparation » affective, ce lien qu’on doit un peu rompre, pèse autant aux bébés qu’aux mamans…C’est un passage à passer je crois, mais une fois qu’on arrive au bout, tout le monde s’en porte aussi bien qu’avant!

    J'aime

  4. Ahhh les MAM… ici aussi ça a été la solution! Et avoir les tétines de la même marque ça aide, je pense. En tous cas merci pour ton témoignage. J’ai bien tout noté dans un coin de ma tête car ce sera bientôt mon tour…

    J'aime

  5. Ah, le sevrage … pour FeuFolet, je voulais allaiter jusqu’à 6 mois, mais à 5 mois, je n’en pouvais plus alors j’ai tenté le sevrage … échec total, on a mis un mois à trouver la bonne tétine et la bonne progression, puis pouf, du jour au lendemain, sur un xieme essais de tétine, il a pris le biberon !!! Autant te dire que je n’ai pas osé lui reproposer le sein 😁
    Pour LutinCoquin, je voulais aller jusqu’à 6 mois encore puis faire du mixte … mais l’hospitalisation de FeuFolet nous a obligé à introduire un biberon de lait maternel en catastrophe (qu’il a pris sans soucis), puis il a été hospitalisé à son tour, à perdu du poids, on a donc introduit le lait artificiel et il n’a plus jamais voulu de mon sein 😭

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :