Une seconde avant toi

Le soleil a brillé de toutes ses forces aujourd’hui. Il a brillé haut, il a brillé chaud, il a brillé comme pour recharger sa batterie à elle, à plat depuis bien trop longtemps. Ce soir est un soir lumineux et brillant. L’un de ces soirs qui fait basculer la vie de l’autre côté, qui fait tanguer la barque et la fait se rapprocher cruellement des limites à ne pas franchir. Cette soirée, elle se languit de la vivre depuis cinq années. Cinq années éternelles. Cinq années de questionnements, de pourquoi, de comment. Cinq années secrètement nourries de son souvenir, de son image gravée derrière les paupières et de son odeur tatouée sur sa peau.

Ce soir elle s’est parfumée, juste un peu, pour faire « joli », pour prouver qu’elle aussi est bien là. Ses doigts nerveux dessinent sur la table des formes imaginaires. Elle se sent un peu perdue dans ce restaurant trop grand. Dans son ventre se disputent l’angoisse et l’excitation. Les serveurs déballent leurs commandes derrière le comptoir, la vaisselle joue sa mélodie du bonheur dans une joyeuse ambiance, un vieux saxophone fait la cour à la batterie. Les balais caressent la caisse claire et le soleil couchant taquine son verre à pied. Ses joues sont mordues de rose, d’espoir et d’avenir. Son corps tremble d’avoir trop chaud. Sa robe ample s’est échouée sur les azulejos qui flottent sur le sol. Dans sa poitrine, son cœur est un tambour brûlant. Il court au galop vers la minute suivante. Vers l’inconnu, le grand plongeon, le désir interdit. Elle l’attend. Encore quelques secondes de cette douce torture.

Elle reprend son souffle. Le dernier avant de le revoir. Il entre dans la pièce et le silence résonne bruyamment à ses oreilles. Il n’a pas changé, se dit-elle intérieurement. Elle l’attend depuis des années mais la seconde qui se joue entre eux efface d’un revers de la main l’interminable attente. Le tambour ne bat plus. Il attend lui aussi, avant de pouvoir reprendre sa course folle. Cette seconde, suspendue en plein vol, est un inavouable délice. Les yeux qui se dévorent, les sourires qui se dessinent sans retenue aucune, les mains qui tremblent et le ventre noué, ficelé. Chacun possède en son for intérieur un volcan qui vient d’entrer en éruption. Ils ne sont plus qu’à quelques mètres l’un de l’autre, attirés, aimantés, vivants, comme au premier jour. C’est son odeur à lui qui la touche la première. Il est un océan, une bourrasque de vent. Mais le soleil chante dans sa voix lorsqu’il s’adresse à elle. Il embrasse délicatement le creux de sa joue, comme on dépose un baiser sur le front d’un enfant. Elle clôt ses yeux humides comme pour lui dire merci.

Autour d’eux, la vie reprend ses marques. Le personnel du restaurant danse entre les tables trop serrées les unes contre les autres. Dans la radio grésille un air manouche d’une autre époque. Le violon pleure, la guitare gémit, mais la légèreté habille les cœurs. Et l’on entend au milieu de la pièce, les rires un peu gênés de deux personnes qui s’aiment déjà davantage que la seconde passée, sans même pouvoir se l’avouer.

Publicités

3 commentaires sur “Une seconde avant toi

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :